Passer au contenu Début du contenu
Start of content

431-00180 (Santé)

Pétition papier

Langue d'origine de la pétition : Anglais

PÉTITION À LA CHAMBRE DES COMMUNES RÉUNIE EN PARLEMENT

Attendu que:

  • Selon Statistique Canada, environ 4,8 millions de Canadiens n’ont pas de médecin régulier;
  • Malgré le fait que le nombre de médecins au Canada augmente, le nombre de Canadiens qui n’ont pas de médecin régulier demeure stable;
  • 92 p. 100 des médecins travaillent dans les centres urbains, alors que seuls 8 p. 100 d’entre eux se trouvent dans les régions rurales;
  • À Victoria et à Sidney, en Colombie-Britannique, le temps d’attente moyen pour voir un médecin d’urgence sans rendez-vous est de 92 et de 180 minutes respectivement.

Nous, soussignés, citoyens et résidents du Canada, prions la Chambre des communes réunie en Parlement de:

  • travailler en collaboration avec l’ensemble des provinces et des territoires du Canada afin de trouver une solution globale et équitable pour gérer la pénurie de médecins de famille au Canada.

Réponse de la ministre de la Santé

Signé par (ministre ou secrétaire parlementaire) : Darren Fisher

Le gouvernement du Canada s’est engagé à travailler avec les provinces et les territoires pour s’assurer que tous les Canadiens ont accès à un médecin de famille ou à une équipe de soins de santé primaires. Malgré le nombre record de médecins exerçant au Canada, certains Canadiens ont encore des problèmes à trouver un professionnel de la santé. Compte tenu du besoin croissant de soins dans la collectivité, notre système de soins de santé doit s’adapter pour que tous les Canadiens puissent obtenir les soins dont ils ont besoin, quel que soit leur lieu de résidence.

 

Le gouvernement du Canada reconnaît que la santé est une responsabilité partagée et que les provinces et les territoires sont responsables de l’administration et de la prestation des services de soins de santé et de la gestion de leur effectif de la santé. En raison de la COVID-19, les gouvernements provinciaux et territoriaux ont rapidement élargi les possibilités pour les Canadiens d’accéder virtuellement aux services de soins de santé financés par l’État, afin qu’ils aient toujours accès en toute sécurité aux services de soins nécessaires.

 

Le 3 mai 2020, le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 240,5 millions de dollars pour aider les provinces et territoires à accélérer leurs efforts pour répondre aux besoins en matière de soins de santé à l’aide d’applications de santé numériques et d’outils virtuels, tels que le téléphone, les textos ou la vidéoconférence. Ce financement permettra aux Canadiens d’accéder virtuellement aux services et aux ressources dont ils ont besoin pendant la pandémie de COVID-19, comme l’éducation, l’information et le soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie. Le gouvernement fédéral collabore avec les provinces, les territoires et les principaux intervenants, comme l’Inforoute Santé du Canada, afin de trouver comment ces ressources peuvent répondre le mieux possible aux besoins des Canadiens. Il s’agira notamment de soutenir la technologie et l’infrastructure qui permettent une messagerie sécurisée et la communication de renseignements entre les patients et les prestataires, la vidéoconférence sécurisée, la surveillance à distance des patients, l’accès des patients aux résultats de laboratoire concernant la COVID-19 ou d’autres résultats, et de soutenir l’intégration de la technologie dans les systèmes existants.

 

Le gouvernement du Canada apporte également un soutien continu pour améliorer l’accès aux médecins de famille dans les régions mal desservies. Les médecins de famille et les résidents en médecine familiale en formation dans une faculté de médecine approuvée au Canada sont admissibles à l’exonération de remboursement du prêt d’études d’Emploi et Développement social Canada jusqu’à concurrence de 8 000 $ par année, avec un maximum de 40 000 $, à condition qu’ils exercent dans des régions mal desservies. Reconnaissant l’importance des infirmières et des infirmières praticiennes dans la prestation des soins primaires, les infirmières praticiennes et les infirmières autorisées, désireuses de travailler dans des régions mal desservies, peuvent également bénéficier d’une exonération fédérale de remboursement du prêt d’études jusqu’à concurrence de 4 000 $ par année, avec un maximum de 20 000 $.

 

Le gouvernement fédéral continuera à travailler avec les provinces et territoires pour aider à combler les lacunes dans l’accès aux soins de santé primaires.

 

Présentée à la Chambre des Communes
Elizabeth May (Saanich—Gulf Islands)
12 mai 2020 (Pétition n° 431-00180)
Réponse du gouvernement déposée
20 juillet 2020
Photo - Elizabeth May
Saanich—Gulf Islands
Caucus Parti Vert
Colombie-Britannique

Seules les signatures validées sont comptées dans le nombre total de signatures.

Avis relatif aux pétitions