Passer au contenu Début du contenu
Start of content

431-00052 (Pêches)

Pétition papier

Langue d'origine de la pétition : Anglais

Pétition au gouvernement du Canada

Nous soussignés, résidents du Canada, attirons l’attention du gouvernement du Canada sur ce qui suit :

  • QUE le ministère des Pêches et des Océans (MPO) a annoncé que la population de hareng du Pacifique a diminué du tiers environ entre 2016 et 2019 et qu’elle diminuera de plus de 50 % d’ici 2020;
  • QUE la baisse inattendue de la population de hareng a entraîné une surpêche du stock actuel;
  • QUE le hareng du Pacifique est à la base de la chaîne alimentaire dont dépendent le saumon, le rorqual à bosse et l’épaulard, la morue et le flétan, les oiseaux de mer et d’autres espèces indépendantes sur la côte du Pacifique;
  • QUE les Premières Nations ont des droits garantis par la Constitution en ce qui concerne le hareng, une importante source de nourriture et un animal qui fait partie intégrante des cultures des Premières Nations.

PAR CONSÉQUENT, nous soussignés, résidents du Canada, prions le gouvernement du Canada de suspendre la saison 2020 de pêche au hareng dans la mer des Salish jusqu’à ce que soit élaboré un plan global relatif à l’écosystème, d’indemniser équitablement les pêcheurs pour leurs pertes économiques et de veiller à ce que les décisions soient prises avec l’entière participation des Premières Nations et des collectivités locales.

Réponse de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

Signé par (ministre ou secrétaire parlementaire) : L'honorable Bernadette Jordan

Le gouvernement du Canada s'est engagé à gérer efficacement les pêches au hareng du Pacifique en prenant des décisions fondées sur des données probantes qui garantissent la santé et la durabilité de ces futurs stocks. Nous partageons votre opinion selon laquelle le hareng du Pacifique est une source importante de nourriture pour de nombreuses espèces sur la côte du Pacifique, nous reconnaissons aussi que, après la conservation, le hareng fait partie intégrante de la culture des Premières Nations et que les Premières Nations ont un accès prioritaire au hareng à des fins alimentaires, sociales et rituelles.

Le hareng du Pacifique est une espèce de poisson fourragère et, à ce titre, il partage la dynamique de population qui prévaut lors des fluctuations importantes de l’abondance de la biomasse, de sorte que l’on peut s’attendre à un déclin de la biomasse. De plus, les prévisions sont très incertaines, en effet des facteurs tels que les conditions environnementales et la prédation varient d'une année sur l'autre. L’approche du MPO pour gérer les récoltes est conçue pour tenir compte de cette variabilité. Le rendement de l'approche a été évalué par le ministère des Sciences du MPO et soumis à un examen scientifique par les pairs. L'approche est conçue pour éviter que les niveaux de la biomasse reproductrice soient très probablement en dessous de la limite d'un point de référence.

Pour la pêche au hareng du détroit de Georgia en 2019-20, le niveau de récolte est de 10 895 tonnes métriques (taux de récolte de 20 pour cent de la biomasse reproductrice prévue). Ce niveau de récolte maximal est considéré comme une mesure de précaution, laissant 80 pour cent du hareng mature et tous les juvéniles disponibles pour soutenir les populations futures et les processus écosystémiques, par exemple la nourriture pour le saumon et les mammifères marins. La réduction des prises permises est conforme aux objectifs de conservation de l'approche de gestion et offre des possibilités à l'industrie, y compris aux Premières nations qui participent à la pêche commerciale. 

L'approche décrite ci-dessus a été détaillée dans le Plan de gestion intégrée des pêches du hareng du Pacifique 2019-20. Elle a été publiée en tant qu'ébauche du 18 décembre 2019 au 17 janvier 2020 pour une période de consultation de 30 jours avec les communautés, les organisations des Premières nations et d’autre acteurs comme les pêcheurs commerciaux. Le processus de consultation garantit que les décisions de gestion des pêches sont transparentes, prises avec les meilleures données scientifiques disponibles et que les réflexions des autochtones, des pêcheurs commerciaux et du public sont prises en compte.

Présentée à la Chambre des Communes
Gord Johns (Courtenay—Alberni)
3 février 2020 (Pétition n° 431-00052)
Réponse du gouvernement déposée
11 avril 2020
Photo - Gord Johns
Courtenay—Alberni
Caucus Nouveau Parti démocratique
Colombie-Britannique

Seules les signatures validées sont comptées dans le nombre total de signatures.

Avis relatif aux pétitions